Vaincre le tabac

La démarche d'arrêt tabagique, c'est d'abord votre décision d'arrêter de fumer progressivement si vous êtes un gros fumeur. Les séances d'hypnose combinées aux outils professionnels de coaching permettent de se détacher de la cigarette, de faire son deuil du tabac, de développer sa volonté de rester non-fumeur. Le sevrage et les effets d'inconfort existent, et exigent un protocole précis étalés sur plusieurs séances, les substituts non nicotiniques sont très utiles, ainsi que la musicothérapie quotidienne. La  la dissociation tabac et plaisir, se met en place avec le temps.

Le prix du tabac, les risques pour votre santé sont des facteurs déterminants de choix. Pas d'intox :  stopper net le tabagisme peut s'avérer dangereux !

LES ORIGINES DU TABAC

Dans l'antiquité, le tabac était inconnu en Europe. Pourtant, les hommes brûlaient diverses herbes dont ils utilisaient la fumée pour soigner ou pour prier. On a même retrouvé à Pompéi des fresques prouvant l'usage de pipes. En Amérique, les Indiens connaissaient le tabac, qu'ils considéraient comme une plante précieuse. Ils l'utilisaient lors de rituels pour la purification des adultes et pour entrer en communication avec le « Grand Esprit ». Le tabac était aussi utilisé comme plante médicinale. En 1492, Christophe Colomb découvre l'Amérique et s'aperçoit que les Indiens fument une plante nommée « petum » sous forme d'un tube de feuilles roulées. Ils utilisent de longues pipes ou chiquent les feuilles de tabac. Christophe Colomb raconte que les Indiens brûlent une plante avec de petits morceaux de charbon et en aspirent la fumée odorante ; d'autres utilisent des bâtons creux remplis de feuilles hachées ; d'autres encore fument des calumets, chiquent ou respirent une sorte de poudre. En 1527, Bartolomé de Las Casas raconte qu'« après avoir allumé le bout de ces chalumeaux qu'ils appellent tabacos ou petums, les indigènes aspirent à l'autre extrémité par la bouche, ce qui provoque de la stupeur, une sorte d'intoxication et, selon eux, enlève la fatigue ». En 1493, le missionnaire espagnol Fray Romano Pane accompagne Christophe Colomb dans son deuxième voyage au Nouveau Monde, pour y convertir les habitants au christianisme. Il envoie du tabac à Charles Quint. L'Espagne choisit alors Cuba pour y faire pousser son tabac. Plus tard, quand le bateau accoste sur les côtes portugaises, l'équipage a pris l'habitude de consommer du tabac, dont il vante les mérites. Les premières graines de tabac furent rapportées en Europe en 1520. Au Portugal, quelques années plus tard, le tabac était cultivé et utilisé comme une plante médicinale. Jean Nicot, ambassadeur de France au Portugal à cette époque, envoya en 1561 des feuilles de tabac râpées à Catherine de Médicis, reine de France. Le tabac fut décrit à la reine comme une plante qui pouvait soulager ses terribles migraines. Elle donna l'ordre d'en cultiver en Bretagne, en Gascogne et en Alsace. On l'appela alors « l'herbe à la Reine » ou encore « la Catherinaire ». Cette herbe devint très populaire et toute la Cour se mit à l'utiliser. Certains s'opposèrent au tabac car ils y voyaient de la sorcellerie. La mode du tabagisme se répandit tout de même. Molière écrivit dans une de ses pièces : « Qui vit sans tabac est indigne de vivre ! » et les enfants se mirent à fredonner la célèbre chanson « J'ai du bon tabac dans ma tabatière... ». Dans les autres pays, l'engouement est tout aussi rapide. Il apparaît en même temps en Angleterre, en Italie, en Allemagne, en Turquie, au Maroc, en Corée, au Japon, en Chine, etc. Dès la fin du XVIème siècle, le tabac est connu dans le monde entier. La nicotine a été découverte en 1809 par un Normand, Louis Nicolas Vauquelin, professeur de chimie à l'École de médecine de Paris. Cet alcaloïde fut appelé « nicotine » en référence à Jean Nicot qui, au 16ème siècle, fut le premier à envoyer du tabac à la reine Catherine de Médicis.

LES DANGERS DU TABAC

La fumée du tabac est toxique. Tous les médecins et tous les scientifiques sont en accord sur le fait que la fumée du tabac est un aérocontaminant multiple. La fumée du tabac contient des substances nocives, dont les effets dévastateurs se conjuguent : la Nicotine, passe directement dans le sang et devient un facteur de rétrécissement des petites artères, à l'origine d'accidents vasculaires, cardiaques et cérébraux. La nicotine, crée la dépendance tabagique. Le fumeur privé de tabac ressent une impression de manque et, par accoutumance, devient tributaire des doses de plus en plus importantes.

L' oxyde de carbone de la fumée du tabac passe directement dans le sang, et se combine à l'hémoglobine, pour former la carboxyhémo-globine, soit une réduction de l'apport d'oxygène au sang et aux organes ce qui est la cause d'accidents graves en cours d'effort physique.

La fumée du tabac contient des irritants bronchiques qui agressent la gorge, les cils vibratiles de la muqueuse respiratoire, et les cellules immunitaires de l'appareil respiratoire. La fumée du tabac contient des carbures polycycliques qui sont des substances cancérigènes, surtout pour les lèvres, la langue, le pharynx, le larynx, les bronches, et sur la vessie qui est chargée d'urine polluée. Les symptômes du sevrage tabagique qui se caractérisent par : une anxiété, une irritabilité, une humeur déprimée, des insomnies et un besoin urgent de fumer. C'est pourquoi la seule volonté ne suffit pas à lutter contre l'ennemi tabac. Il faudra associer l'hypnose, la musicothérapie, la phytothérapie et la naturopathie. L'eau est indispensable pour désintoxiquer le corps du tabac.