Auriculothérapie

L'action de l'auriculothérapie est reconnue par la Haute Autorité de Santé (HAS) dans trois grands types de troubles :

  • la douleur : migraine, rhumatologie, traumatologie, névralgie, douleurs chroniques, douleurs vertébrales, douleurs séquellaires en cancérologie ;
  • l'addictologie : tabac, alcool ;
  • le syndrome anxio-dépressif : anxiété, angoisse, troubles du sommeil, dépression.

Comment je pratique l'auriculothérapie ?

Je pratique selon la méthode du docteur Nogier :

  • par stimulation fréquentielle : le Dr Nogier, le "père" de l'auriculothérapie, a mis au point sept fréquences correspondant aux sept plages de l'oreille. Ces fréquences, associées ou non entre elles sur un point de l'oreille, entreraient en résonance avec certains récepteurs biologiques pour corriger un déséquilibre. La fréquence G par exemple agirait sur les parties du cortex cérébral, autrement dit sur le mental. Plusieurs appareils sont utilisés pour cette stimulation, notamment différents types de générateurs de fréquences en infrarouge pulsé.

J'utilise l'auriculothérapie en support à la thérapie énergétique et aussi en complément à une séance d'hypnose. Je ne pratique pas de diagnostic, ni de soins, l'auriculothérapie que je pratique est complémentaire pour les addictions, et les dépressions.

Contre-indications à l'auriculothérapie

La pratique de l'auriculothérapie est contre-indiquée en cas de :

  • grossesse : après le troisième mois, il est déconseillé de piquer les points auriculaires, notamment ceux correspondant à l'utérus ou aux ovaires ;
  • urgences médicales et chirurgicales : l'auriculothérapie ne saurait se substituer aux antibiotiques dans le cadre d'une infection, ou à une intervention chirurgicale ;
  • tumeurs malignes : la pose d'une aiguille au site d'une tumeur est interdite.

L'auriculothérapie avec des aiguilles est également déconseillée en cas de troubles hémostatiques (saignements, coagulation).